samedi 1 novembre 2014

Pourquoi ne faut-il pas nommer son réseau wifi Al-Quaida ?

Pourquoi ne faut-il pas nommer son réseau wifi Al-Quaida ?
Un petit incident s'est déroulé dimanche dernier aux États-Unis sur l'aéroport international de Los Angeles. Incident qui met en perspective la nature de la supposée menace, l'importance des moyens de détection utilisés et les conséquences de l'incident.










Les États-Unis ont pris d'importants mesures de sécurité suite aux attentas du 11 septembre. Normal. Et le terrorisme international ne prenant pas de congé, il est tout aussi normal que ces mesures continuent de s'exercer aujourd'hui. Vous connaissez peut-être l'ancien questionnaire soumis à tout passager à destination des États-Unis qui contenait entre autres questions :
  • Êtes vous membre du parti communiste ?
  • Êtes vous un espion ?
  • Êtes vous venu aux Etats Unis pour tuer le président ?
Toutes ces questions étaient très sérieuses et toute réponse positive à l'une de ces questions entrainait au minimum un interrogatoire en règle dudit passager, éventuellement un retard dans le décollage de l'avion au pire le passager restait sur le tarmac.

Voici la version moderne de cette situation. Il suffit de paramétrer sur son smartphone un réseau wifi qui comprend dans son nom `Al Qaida`. Les systèmes de scan des communications électroniques auront tôt fait de tomber dessus et vous vous exposerez alors à un interrogatoire en règle et une immobilisation de l'avion. C'est ce qui est arrivé Dimanche 26 octobre au vol 136 Los Angeles - Londres après qu'un réseau wifi ayant pour nom "Al-Quida Free Terror Nettwork" ait été découvert sur le smartphone d'un des passagers. Les autorités de l'aéroport, après avoir retardé le décollage de 3 heures, ont demandé aux passagers d'éteindre tous leurs terminaux numériques, pour finalement décider que :

«Après investigation, il a été déterminé qu'aucun crime n'a été commis et aucune mesure ne sera prise.»

Réseau wifi Al-Quaida sur un smartphone

Le problème est que dans cet avion se trouvait le conseiller numérique du service de communication du gouvernement britannique, Anthony Simon, qui était plutôt furax de ce désagrément. Et l'a fait savoir sur son compte twitter.


En savoir plus ... :

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 

Agenda

Informations Éditeur


Copyright © 2007 - 2015 - Tous droits réservés
Logo Connexion Mobile


Contacter l'Éditeur de ce blog


A propos


Gadgets Mobiles

  • ads
  • ads
  • ads
  • ads

Actualités Insolites Copyright © 2007-2012 This Blog is Designed by Ipietoon